Abonnements

Pour être informé(e) des nouvelles publications de Papilio :

Etre informé des nouvelles publications

La Raison Des Mots


Rendre raison des mots qu’un écrivain choisit ou de ceux auxquels il entend (prétend ?) laisser l’initiative est un projet dont on voit dès l’abord la vanité, dans tous les sens du terme. Ce sera pourtant le nôtre, car « il faut parler, résolument » - et surtout des textes, ne serait-ce que pour « inciter les meilleurs à parler » (Francis Ponge) et à faire mieux que les tentatives orales (ou écrites) ici proposées. Car le silence devant les œuvres de l’esprit est stérile, tout comme l’idée qu’on porterait atteinte à la grandeur d’un poème, d’un tableau, d’une symphonie… en les prenant pour objet de discours.
L’interdit vaudrait peut-être si, tout comme la bêtise consiste à vouloir conclure (Flaubert), on se proposait pour fin d’expliquer un texte ; mais on ne trouvera ici nulle volonté d’explication : seulement une interprétation, discutable et révisable, c’est-à-dire l’explicitation d ‘une lecture, une sorte de paraphrase, si l’on entend par là un discours-au-long-de qui, espérons-nous, pourra inciter le diligent lecteur (celui que Montaigne oppose implicitement à l’ « indiligent lecteur », qui se noie dans les Essais) à formuler se propre version ; tant il est vrai que « le même texte souffre d’innombrables interprétations : il n’y a pas d’interprétation juste » (Nietzsche, Fragments posthumes). Mais, ajouterons-nous témérairement, il est des interprétations faibles : celles qui ne se soucient pas assez des mots, de leur raison d’être là, de leur « réson », pour reprendre le néologisme pongien du Pour un Malherbe – c’est-à-dire de la façon dont les mots résonnent, comme la corde d’une lyre – celles qui méconnaissent ce que Ponge (encore !) nomme le CTM : le compte tenu (contenu?) des mots, leur épaisseur sémantique. Voilà ce qui nous a décidé à nommer, bien imprudemment, La Raison des mots ces quelques essais de lecture, et à braver les foudres de Ponge qui écrit, après avoir pris connaissance d’une interprétation qu’il jugeait inadéquate (pour rester mesuré…) de son texte Le Bois de pins :
« Il est des moments où je me sens tout à fait hérissé (défensivement) à l’idée d’être expliqué ; d’autres où ça retombe, et où je me sens découragé, capable de laisser faire… » (Pléiade, tome 1, p. 409).
Mais le même Ponge écrit aussi :
« N’importe qui est plus capable que moi d’expliquer mes poèmes ».
Ce « n’importe qui » nous rassure et nous encourage à proposer d’abord quelques lectures de textes de Ponge (comme on pouvait le pressentir…), puis d’autres – de Proust, de Rabelais, de Saint-John Perse, de Beckett, de Céline… - sans souci de chronologie ni de genre, selon l’humeur et selon les éventuelles suggestions d’hypothétiques lecteurs-auditeurs intéressés par l’aventure.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire